Sommet du GECF : L’expérience pionnière de l’algérie dans la construction de consensus entre états

Par Ammour Ryad

Des spécialistes ont souligné, lundi dernier à Alger, l’importance du 7e Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) qui débutera fin février. Ils ont mis en avant le contexte actuel des défis géopolitiques et économiques mondiaux. Ces experts affirment que l’Algérie, forte de son expertise et de son expérience dans la création de consensus entre les États, est bien placée pour protéger les intérêts des pays exportateurs de gaz.

Au cours d’une conférence tenue à l’Institut national des études stratégiques et globales (INESG) sur les enjeux du gaz, sur le thème “Sécurité énergétique comme outil pour réaliser les objectifs stratégiques”, les intervenant ont indiqué que le prochain sommet d’Alger (29 février-2 mars) “est une étape très importante”, au regard du timing de cette rencontre et des défis imposés, d’où la nécessité d’élaborer “une plateforme de consensus stratégique”. Les experts étaient unanimes à avancer que l’Algérie est capable de relever ce défi, vu qu’elle dispose d’”une grande expérience dans le dialogue et le rapprochement des vues, ce qui mènera inéluctablement à consolider son rôle au plan international”.
Le directeur de l’INESG, Abdelaziz Medjahed a révélé que “l’Algérie plaide toujours dans sa démarche pour l’unification des efforts, au mieux des intérêts de tout un chacun”, estimant que l’approche algérienne est puisée de son histoire et de ses valeurs et repose sur “la solidarité, l’entraide et la complémentarité”, trois éléments à mettre en avant en vue d’unifier les efforts et les vues entre toutes les parties”. L’expert en études stratégiques Lagha Chegrouche a affirmé, dans son intervention que le 7e Sommet d’Alger est une continuation des efforts précédents, en particulier ceux déployés par l’Algérie pour coordonner les discussions sur le gaz afin de protéger les intérêts des pays exportateurs de cette ressource énergétique.
Il a souligné que, compte tenu de ses relations avec les membres du GECF, l’Algérie peut faciliter un rapprochement des opinions en vue de former un “consensus stratégique” et avancer vers l’établissement d’une organisation des pays exportateurs de gaz. L’expert algérien a indiqué dans ce contexte qu”‘une telle organisation permettra aux pays membres du forum d’exporter le gaz massivement et durablement”.
Et de poursuivre que “l’Algérie est un pays pivot au vu de sa taille, de ses potentialités et de ses capacités, et en tant que partenaire fiable et un pont important entre l’Occident et l’Afrique qui renferme de grandes réserves de gaz”.

Le 7e sommet du GEFC sera “un énorme succès”
L’expert jordanien Mamdouh Salama a pour sa part affirmé lors que le Sommet d’Alger connaîtra un “immense succès”. Il a souligné que les objectifs du Sommet visent à protéger les intérêts des pays producteurs et exportateurs de gaz ainsi que ceux des consommateurs, notamment face à certains efforts visant à maintenir les prix du gaz à des niveaux bas.
“Le 7e Sommet sera un tournant crucial dans l’histoire de l’industrie de gaz dans le monde, car les pays membres du Forum vont accroitre la capacité de production, compte tenu de la demande mondiale croissante sur le gaz, qui atteindra près de 700 millions de tonnes en 2040, soit une augmentation de 48% par rapport à l’année dernière”. L’expert jordanien a exprimé son admiration pour le rôle crucial que l’Algérie joue de manière constante lors de toutes les conférences et sommets. Il a déclaré que “l’Algérie est une force de paix” et qu’elle devrait jouer ce rôle au sein du Forum pour rapprocher les positions des pays et garantir une organisation efficace du marché du gaz, au bénéfice de l’économie mondiale et pour améliorer les rendements des pays producteurs et exportateurs de gaz, qui investissent des ressources financières importantes pour accroître leurs capacités de production.
L’intervenant a relevé que l’objectif de coordination entre les pays est de “créer une organisation à l’image de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui réalise un grand succès sur le marché”.
En ce qui concerne les prix, Mamdouh Salama a dit qu’ils “vont grimper car la demande mondiale sur le gaz est très importante et équivaut à celle du pétrole” et, par conséquent, a-t-il ajouté, “les cours vont grimper et le Forum s’assurera que les nouveaux prix n’affecteront pas l’économie mondiale”.
L’expert et membre du Conseil de la nation, Chemseddine Chitour, a confié à la presse que “le principal défi du prochain Sommet d’Alger consiste en l’augmentation du prix du gaz, en raison de la chute de ses cours enregistrée dernièrement”. Il a ajouté qu’il est désormais primordial pour le Forum d’intervenir afin d’établir un prix réel et raisonnable qui satisfasse à la fois les producteurs et les consommateurs.

redacteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Gaz : des choix dans un marché en permanente mutation

mer Fév 21 , 2024
Par Kheireddine B. Dans l’arène dynamique du marché gazier mondial, les acteurs sont confrontés à un paysage en perpétuelle évolution, sculpté par des forces géopolitiques, des fluctuations économiques et des avancées technologiques. La quête d’un approvisionnement fiable et économiquement viable en gaz naturel s’accompagne souvent de défis complexes, nécessitant des […]

You May Like

Alger 16

Le quotidien du grand public

Édité par: Sarl bma.com

Adresse: 26 rue Mohamed El Ayachi Belouizdad

Adresse du journal: 5-7 Rue Sacré-coeur Alger Centre

E-mail:alger16bma@gmail.com

Numéro de téléphone: 021 64 69 37